Boutique en ligne de FYP éditions
Panier 0
Communiquer sur les réseaux sociaux
FYP éditions

Communiquer sur les réseaux sociaux

Prix régulier €15.00

Communiquer sur les réseaux sociaux

Les méthodes et les outils indispensables pour vos stratégies de communication sur les médias sociaux.
De Antoine Dupin. Préface de Fabrice Epelboin

 

Aujourd’hui, les internautes, les sociétés, les marques, les entrepreneurs, les politiques, les institutionnels doivent réinventer leur stratégie de communication pour promouvoir sur internet leur activité et leurs compétences. Cet ouvrage pratique fournit les méthodes concrètes qui permettent à chacun de tirer profit des réseaux et médias sociaux pour valoriser son activité. De Facebook à LinkedIn, de Twitter à Viadeo en passant par YouTube ou Flickr, l’auteur analyse l’ensemble des outils disponibles sur le web pour le grand public et pour les professionnels. Il explique en détail comment profiter pleinement et de manière stratégique de toutes les capacités des plateformes communautaires, des sites de partage,
des blogs, ou encore du microblogging.
Ce guide pratique, indispensable à tous ceux qui communiquent sur internet, permet de comprendre ces nouveaux outils ; connaître les concepts clés des médias sociaux (communauté, identité numérique, e-réputation, etc.) ; choisir les médias sociaux qui correspondent le mieux à ses propres besoins ; en optimiser l’utilisation ; et élaborer des stratégies de communication et de marketing adaptées à un public cible.

Titulaire d’un Master en journalisme pour le web et d’un Master 2 en information communication spécialité ingénierie des médias, Antoine Dupin est spécialiste des médias sociaux, de la réputation numérique et du community management. 

 

Préface par Fabrice Epelboin
« Puissiez-vous vivre des temps intéressants. » Cette phrase attribuée tantôt à une ancienne malédiction chinoise, tantôt à Robert Kennedy, reflète à merveille l’époque que nous traversons. Les siècles ne se terminent pas à l’heure. Tout comme le XIXe siècle n’a pas tiré sa révérence en 1901 mais a traîné en longueur pour s’achever dans un épisode dramatique, le XXe siècle joue les prolongations, montrant d’évidents signes de sénilité. Le siècle qui s’annonce porte son lot d’espoirs et de craintes, mais il promet une chose de façon certaine : tout, absolument tout, va changer.Avec, au coeur de ce changement, ce que nous abordons encore maladroitement comme étant l’internet.
De par sa capacité à relier les hommes – pour reprendre un vieux slogan – internet redéfinit en profondeur le fonctionnement de ce lien. Il est désormais partout. Mais au-delà de l’ubiquité du lien social, c’est sa prise d’indépendance vis-à-vis des
médias, de l’entreprise, ou des organisations qui structuraient autrefois le social, qui représente l’un des plus grands bouleversements apporté par ce concept encore flou et mal défini : le web social.

Pour l’entreprise – l’entité sur laquelle ce livre s’attarde – cette nouvelle dimension force à redéfinir l’ensemble de ses fondamentaux, et en particulier sa façon de communiquer. Il fut un temps, pas tout à fait enterré, où l’acte de communication s’appuyait sur des médias, leur puissance, leur pouvoir de persuasion, leur monopole sur un « temps de cerveau disponible ».
Il existe encore une large part de la population fonctionnant sur ces anciens modèles.
Les nouvelles générations sont hyperactives, ont une capacité de concentration plus forte, mais plus limitée dans le temps ; elles zappent et sont multitâches. Le temps de cerveau disponible autrefois confié à la télévision est désormais occupé à surfer sur internet, en consommant, en parallèle, la télévision.
Inutile d’espérer voir dans ces comportements les symptômes d’une crise d’adolescence d’un nouveau genre, c’est bel et bien à une nouvelle itération du genre humain à laquelle nous avons affaire. L’industrie a donné la civilisation urbaine et un cortège de nouveaux paradigmes ; l’internet est, de l’avis de beaucoup, infiniment plus disruptif. C’est à la fois la révolution industrielle, l’arrivée de l’imprimerie, voire l’invention de l’« alphanet», le tout condensé dans une ou deux générations.
Mais, à y regarder de plus près, la nouveauté n’est pas si flagrante. L’individu connecté fait – à en croire les mesures – deux fois plus confiance à son environnement social sur le web qu’à un média traditionnel pour ce qui est de l’orienter dans un acte d’achat. Il ne se trouve là dedans rien de fondamentalement nouveau, et il y a fort à parier qu’il en a toujours été ainsi, le XXe siècle n’étant, là encore, qu’une courte parenthèse dans
l’histoire de l’humanité.
La situation pour une entreprise est complexe, mais on pourra toujours la réconforter en lui confiant que cela pourrait être pire. Elle pourrait être un média, dont le rôle et la légitimité sont entièrement à reconstruire. L’entreprise, elle, s’est pour une fonction précise – celle de communiquer – contentée de singer ou de s’appuyer sur des médias. Sa reconversion en vue d’entrer de plein pied dans le XXIe siècle, est parfaitement réalisable,
pour peu qu’elle saisisse l’ampleur du défi auquel elle a affaire.
S’aventurer dans le web social n’est pas comparable à la réalisation de son premier spot télévisé ou au lancement, pour une PME, de sa première campagne d’affichage. Le fait que les services proposant aux entreprises de se lancer dans le web social soient offerts par des agences de communication n’est qu’un concours de circonstances. La communication est un concept propre au XXe siècle, édifié sur celui du top to bottom, et s’appuyant
sur des médias.
Construire quoi que ce soit sur ces deux concepts revient à bâtir un château en Espagne... sur du sable.
Demain, toutes les entreprises seront des médias, et tous les médias seront sociaux. Après avoir passé vingt ans dans, successivement, le multimédia, internet, puis l’ère des portails (que l’on nomme aujourd’hui web 1.0), pour finir dans le web 2.0 devenu « social », j’ai, ces derniers temps, autant appris en échangeant avec des spécialistes des ressources humaines qu’avec des spécialistes de la communication. Voir tout cela
comme de la communication risque de vous faire passer à coté de l’essentiel et, surtout, de ne pas remettre en cause des modèles mentaux obsolètes qui ne sont pas en mesure de vous amener à comprendre l’ampleur de la mutation en cours.
Pour une entreprise, se lancer sur le web social – ce qui n’est plus vraiment une option – peut être abordé tout autant comme la projection hors de ses murs de ses capacités à gérer de l’humain, que comme une capacité supplémentaire à ajouter à son service communication et marketing. Cela touche également à sa relation clientèle. Mais, surtout, c’est tout cela en même temps, que cela vous plaise ou non, et que cela plaise ou non au prestataire de service qui vous assure fournir un accès aux merveilles de l’internet « clé en main ». L’internet est un problème que seule une direction générale d’entreprise peut aborder ; tant qu’il reste dans les mains d’un service en particulier, on se contentera, au mieux, de ballon d’essai. L’internet a redéfini la consommation, les médias, le lien social, l’information, la politique... Vous ne vous imaginiez tout de même pas que l’entreprise allait rester à l’abri ?
Dernier point : le temps. Il est sur internet d’une nature particulière et polymorphe. À la fois temps réel du flux et temps infini de l’archive, il s’y déroule ou se fige d’une façon inédite, mais si le temps réel, rapide et cadencé, est la mode du moment,
ce n’est justement que le reflet des derniers usages à la mode.
La mutation qui attend l’entreprise est profonde, elle ne se fera pas en un mois, ni en un an. L’unité de mesure est à trouver dans les générations. Il convient plus que partout ailleurs de réfléchir avant d’agir, de faire preuve de pragmatisme, de curiosité, et d’adopter ce qui a fait le succès des plus grandes réussites de l’internet : une démarche itérative, faite d’essais et d’erreurs, et une valorisation de l’échec, particulièrement dans des sociétés comme la France où ce dernier a toujours été un tabou et une tare sociale.
Il n’y a strictement aucune chance d’arriver à quoi que ce soit à travers un grand plan quinquennal, et avancer dans le web social sans faire d’erreur revient à se fixer, en tant qu’entreprise, de financer son besoin en fonds de roulement avec un ticket de
loterie. C’est idiot. Avancez par petites touches, en cycles courts et répétés, apprenez de vos erreurs et valorisez cet apprentissage et ceux qui vous ont permis de le faire, c’est de très loin la meilleure façon d’avancer vers le XXIe siècle, celui où tout sera connecté, y compris chaque parcelle de votre entreprise.

Ce livre va vous permettre de faire vos premier pas, d’explorer de nouvelles contrées qui, tôt ou tard, seront votre quotidien. Et, à n’en pas douter, elles sont déjà un lieu de vie pour les plus jeunes de vos recrues, de vos clients et de vos prospects.
Bienvenue dans le XXIe siècle, il commence dès maintenant.

Fabrice Epelboin est un entrepreneur français de l’internet. Dans les années 1990, il a longtemps travaillé à monter des web agencies pour se tourner par la suite vers le conseil stratégique et les médias sociaux. Il est l’éditeur de la version francophone de ReadWriteWeb, et conseille des investisseurs, des chefs d’entreprise et des politiques.

« Enfin une vraie approche des médias sociaux qui sort des discours convenus et réduits aux seuls phénomènes Facebook ou Twitter. Ce livre donne les clés de compréhension indispensables à la mise en place de vraies stratégies sur les médias sociaux. »
Cédric DENIAUD, auteur de MediasSociaux.com

« Ce livre propose une réflexion et des méthodes efficaces pour mettre en place une stratégie de communication 2.0 véritablement adaptée aux besoins de son entreprise. »
Éric Warin, directeur du CCO (Centre de Communication de l’Ouest)

« On connaissait L’Art de la guerre de Sun Tzu, on appréciera l’ouvrage d’Antoine Dupin qui, pour développer une méthode et une attitude, refuse les recettes toutes faites. Un livre indispensable. »
Hugues Aubin, chargé de mission TIC de la ville de Rennes

 

Broché 178 pages 

Prix 15 euros TTC

ISBN 978-2916571447


Partager ce produit


Aussi de cette collection